À partir d’un texte de l’auteure Chantal Thomas écrit spécialement pour la pièce et qui s’amuse d’une partie de foot improbable, Boys don’t cry est prétexte à une réflexion à la fois nostalgique, drôle et tendre sur le fait de danser quand on est un garçon. Avec ses danseurs à l’énergie contagieuse, aux sons du disco de Diana Ross, Hervé Koubi nous offre une belle occasion de tordre une nouvelle fois le cou à certains clichés encore trop présents dans nos sociétés. Une danse forte et belle, multiple et métissée à savourer en famille.

La soirée se poursuivra par un bal méditerranéen avec les danseurs de la compagnie.

Ateliers danse hip-hop menés auprès de classes d'élémentaire et de secondaire ainsi que dans des associations de pratique amateur.