Partant du constat que « Les pierres sont simples, lourdes et immobiles, […] parlent des forces qui les ont consumées, des distances qu’elles auraient parcourues, des génies qui les habitent, ou des cheveux qui leur poussent sur le caillou », Claire Bardainne et Adrien Mondot ont imaginé une exposition comme une expérience immersive. La série Le silence des pierres est un hommage à la vie qui se niche au creux des choses apparemment inertes, immobiles et inorganiques.

Entre leurs mains, les casques de réalité virtuelle peuvent être pris comme des machines à fantômes : il y a quelqu’un qui nous regarde, danse, nous parle, qui apparaît et disparaît, bouge et se fige. Il y a quelqu’un, une ombre, un courant d’air. Ou un esprit de poussière insaisissable. L’exposition donne à vivre un ensemble de scénarii inouïs, ludiques, à la frontière entre le réel et le virtuel, l’animé et l’inanimé, l’authentique illusion et le faux miracle. Autant de petits spectacles qui, par le trouble de la poésie, la force de l’informatique et la fiction magique, interrogent les contours de ce qui compose le vivant.

AVERTISSEMENT :

L’exposition est tout public, mais n’est pas spécifiquement destinée aux enfants en raison de la fragilité de certaines œuvres et des techniques employées (iPads, théâtres optiques avec éléments en verre, dessins et objets sans protection).
Les œuvres en Réalité Virtuelle sont déconseillées aux moins de 13 ans. Les enfants de moins de 8 ans doivent être placés sous la responsabilité d’un adulte.