Buster Keaton – 50 minutes – 1924

Un jeune projectionniste préfère se plonger dans la lecture de son manuel favori, Comment devenir détective, plutôt que de balayer la salle. Au cours d’une visite chez son amoureuse, il est injustement accusé du vol d’une montre et banni. De retour dans sa cabine de projection, il s’endort… puis il entre dans le film pour résoudre son enquête à merveille !

Buster Keaton fait partie de la famille des burlesques, comme Charlie Chaplin, Harold Lloyd, Roscoe Arbuckle …Buster Keaton c’est le petit homme, casse-cou et incassable, au grand visage de pierre … On l’appelait « l’homme qui ne rit jamais », parce qu’il avait bouclé tous ses sentiments derrière son visage. Il s’exprimait avec son corps en entier. Et quel acrobate ! Quel coureur ! Un des plaisirs de Buster Keaton est de jouer avec les machines. Lorsqu’il tient un accessoire à la mesure de sa créativité, il en épuise toutes les possibilités de gags. C’est le cas, dans La Croisière du Navigator, où il est seul à bord d’un paquebot, ainsi que dans Le Mécano de la General, où il conduit une vraie locomotive à vapeur. Et dans Sherlock Junior, sa machine est un projecteur cinématographique, l’occasion pour lui d’explorer les mondes de l’imaginaire, de la réalité et du rêve éveillé, c’est-à-dire du cinéma. Il joue avec ces mondes, les emboîte les uns dans les autres, nous surprend sans cesse en passant de l’un à l’autre. Ses gags atteignent alors une dimension surréaliste.