L’histoire se déroule sur 40 ans dans la Haute-Provence chère à Jean Giono. Elle croise, à diverses reprises, la grande Histoire, notamment les deux conflits mondiaux du XXe siècle. C’est la vie d’Elzéard Bouffier, berger vivant seul dans des paysages hostiles. Il décide de tout reboiser, tout seul, de façon totalement désintéressée et anonyme. Il trie des milliers de graines chaque jour, qu’il plante inlassablement.

Il ne sait même pas que le monde est en guerre. Peu à peu, des milliers d’arbres germent et grandissent, en-traînant la résurrection de la nature et le repeuplement des villages abandonnés. Le bonheur de dix-mille personnes est le fait d’un seul homme, qui a trouvé, dans cette vie de don, « un formidable moyen d’être heureux ».
Une jolie fable avant-gardiste – puisqu’elle a été écrite en 1953 – qui parle de nos modes de vie, d’écologie, ou de comment on peut, en faisant de minuscules choses, changer l’univers tout entier. Poétique et plein d’espoir.