De Haydn à Brahms et de Gluck à Verdi, tel est le répertoire alléchant que se propose de revisiter Le Cercle de l'Harmonie avec une approche nouvelle de l'interprétation, centrée sur le choix des instruments en usage à la création de chaque oeuvre.
Concert symphonique.

Restituer le monde sonore des XVIIIe et XIXe siècles, révéler les filiations entre ces différents créateurs, sont autant d'objectifs avoués par ce pétillant ensemble fondé en 2005 par le chef d'orchestre Jérémie Rohrer. Après huit enregistrements consacrés à Bach, Mozart ou Liszt, l'orchestre s'est hissé au plus haut rang des formations sur instruments anciens, collaborant avec les meilleurs solistes, à l'instar du contre-ténor Philippe Jaroussky ou du pianiste Bertrand Chamayou.

Invité récemment aux très sélects Proms de Londres, l'orchestre s'est également fait connaître des Aixois à l'occasion de sa participation en 2015 au Festival d'Art Lyrique. Pour son concert symphonique au Grand Théâtre, Jérémie Rohrer a choisi l'une des partitions les plus magistrales de son répertoire : la Neuvième de Beethoven, où le compositeur expérimente pour la première fois l'alliage des chœurs et voix solistes avec un orchestre plus riche que jamais en bois et cuivres.

Nul doute qu'un tel monument de puissance, de solennité et de ferveur gagnera le cœur des mélomanes.