Confettis dorés, guirlandes scintillantes, tutus de tulle et perfecto créent l’écrin kitsch et pop de ce triangle amoureux, voyant se démêler les amours d’Arlequin et Silvia la bergère, contrariées par les ruses d’une fée jalouse.

Connu pour ses pièces spectaculaires (trilogie shakespearienne, Thyeste à Avignon 2018), Thomas Jolly, prodige du théâtre contemporain, retrouve le souffle épique d’une amourette de jeunesse, avec ce court marivaudage champêtre monté dès sa sortie du Théâtre national de Bretagne en 2007.

Avec cette nouvelle génération de comédiens, l’énergie baroque a gagné en maturité, mais la vivacité est intacte, portant avec panache les répliques incisives de Marivaux. Le vent de la jeunesse impétueuse, de l’ambition et de la déraison souffle sur le plateau de cette commedia dell’arte 2.0.