« Moi » a dix ans et demi. C’est son dernier été avant l’entrée en sixième. Et la sixième, tout le monde sait, c’est l’horreur. L’horreur absolue. Il se sent mal, très mal même, et il a peur, trop peur. David Lescot accueilli aux Salins avec Master en 2016 nous offre un texte pétillant d’intelligence et d’humour.

J’ai trop peur raconte comment on franchit les grandes étapes de la vie, et comment on parle, comment on pense, comment on voit le monde selon qu’on est un garçon angoissé de dix ans, un ado hyper expérimenté, une petite fille de deux ans et demi dotée d’une grande sagesse ou une mère qui souhaite que tout se passe bien.

Le théâtre pour David Lescot est le lieu d’un métissage sans cesse réinventé, où peuvent se mêler les expressions qui sont les siennes : l’écriture, la musique, le rythme, la mise en scène, l’interprétation, le mouvement. Le résultat est à la fois tendre, drôle, et d’une grande virtuosité, d’autant plus que les trois comédiennes qui se partagent le plateau tirent leur rôle au sort avant chaque représentation !