Pathelin trompe le drapier, le drapier trompe Pathelin, Guillemette trompe le drapier, le berger trompe le drapier, Pathelin trompe le juge, le berger trompe le juge puis trompe Pathelin …

Théâtre de foire, théâtre de tréteaux, « La Farce de Maître Pathelin » se jouait sur les places publiques au moment du carnaval.

Comment cette pièce, vieille de plus de 500 ans, nous regarde-t-elle aujourd’hui ; et comment, en dehors de toute moyenâgeuserie, continue-t-elle à nous réjouir ? Cette farce féroce, critique corrosive d’un monde avide d’argent et de profit, résonne joyeusement avec nos sociétés actuelles : ici, ni méchants ni gentils, tous des crapules !

Une partie de rire qui pourrait se dérouler sur un ring où les armes des adversaires, joueurs avant tout, seraient faites de phrases et de bons mots.