Ce nouveau spectacle de Philippe Dorin et Sylviane Fortuny est très librement inspiré de lectures de Faust et du Maître et Marguerite. Ils ont choisi d’aborder ce mythe autour de quatre figures de l’adolescence, ce moment d’extrême fragilité de l’existence où toute la vie peut basculer d’un côté comme de l’autre.

Cette histoire tourne autour de deux garçons. Le premier est gentil, discret, il aimerait vivre sa vie comme il l’entend. Le deuxième au contraire n’a pas de scrupule, il occupe toute la place et s’en sort toujours quoiqu’il fasse. Il est la figure du diable, pas celle du tentateur mais de celui qui est tenté par l’homme, cet être si démunie mais qui parvient malgré tout à prendre en main son destin, et cela aux pires moments de son existence.

L’ensemble est soutenu par une très élégante scénographie et une recherche allégorique sur la vidéo qui nourrit en poésie ce très beau travail au plateau.