Après une pièce de combat, menée tambour battant jusqu’à l’affrontement final entre Achille et Hector, Pauline Bayle poursuit sa traversée homérique en adaptant l’Odyssée, longue épopée d’Ulysse sur les mers, au retour de la Guerre de Troie. Même troupe, même distribution, même sens de la scénographie épurée. Mais le ton est tout autre.

Dans Iliade, Achille incarnait la force et le courage, dans Odyssée, Ulysse est le héros de la ruse, celui capable de se sortir de toutes les situations. Les combats violents où s’égrenaient les noms de tous ceux qui tombaient, laissent place au voyage et au temps de la paix. Se posent alors de toutes autres questions : comment parvenir à rentrer de la guerre? Est-il possible de retrouver sa place auprès des siens ?

Deux ans plus tard, les cinq comédiens retrouvent la même énergie, la même façon d’alterner tragique et burlesque dans cette pièce foisonnante aux presque quarante rôles ! Le très long voyage d’Ulysse se condense sur scène en une plongée dense et fougueuse, et achève un formidable diptyque dont on parlera encore longtemps.