"Les Contes du chat perché" ont bercé notre enfance. Chaque conte porte un enseignement spécifique : la nouvelle Les boîtes de peinture parle de l’art, de sa pratique, de la perception qu’en a chacun de nous.
Conte musical.

Dans cet univers en miniature, Marcel Aymé analyse nos petits défauts, mais surtout notre innocence et notre humanité à travers les aventures de Delphine et Marinette. Les deux enfants reçoivent une boîte de peinture de leur oncle Alfred. Elles se mettent alors à peindre les animaux de la ferme mais le résultat est plutôt surprenant ! Le monde se renverse et se recrée à l’image de leurs peintures : l’âne n’a plus que deux pattes, le cheval est minuscule…

Sur cette mésaventure, fantastique et hautement improbable, Isabelle Aboulker a composé, pour piano et deux voix, une partition fine et délicate, parfois un peu cruelle, toujours onirique et tendre. La mise en scène de Sébastien Davis, poétique et drôle, sert le propos avec élégance et humour.

En plus de découvrir les voix lyriques, une musique magnifique et un texte savoureux, les enfants s’ouvrent à l’univers de l’art et peuvent se questionner sur l’image qu’ils ont ou se font d’eux-mêmes.